De la vente multi-canal au Social Business

Nous avons déjà eu l'occasion d'évoquer précédemment ce qu'était la Vente multi-canal. Cela fait maintenant 5 ans que le terme est apparu mais les pratiques commencent à peine à se répandre. En effet, la combinaison de l'utilisation d'un site Internet, du téléphone mobile des clients et des réseaux sociaux en expansion implique des investissements et une pratique commerciale que tous les commerçants ne peuvent s'offrir.

De la vente multi-canal au Social Business

« L'optimisation des ventes et des stocks qui vont avec est optimisée grâce à la combinaison technologie+réseau social »







Cependant, le concept commence à
peine à se répandre qu'il est doublé par un autre : le Social Business. Le terme lui-même a été utilisé pour la première fois par le Prix Nobel de la Paix (2006), Mohammed Yunus, pour qualifier une activité économique tournée non pas vers le profit pur et dur, mais la satisfaction du bien-être des individus.

Il a été repris et détourné par les « marketeur » pour évoquer une nouvelle approche de vente auprès des clients, fondée sur l'utilisation des réseaux sociaux pour récupérer « l'expérience » du consommateur et l'associer à des procédures de « co-création ».

Nous évoquerons deux exemples pour illustrer cette nouvelle démarche.

Twitter pour vendre des potatoes chips

Dans un grand pays, pourvu de millions de très petits points de vente, comment communiquer aux individus consommateurs potentiels l'endroit où ils peuvent trouver leurs chips favorites ? En communiquant sur leur smartphone via Twitter l'état des stocks dans les boutiques de la zone géographique où ils se trouvent à un moment donné. Imparable : l'optimisation des ventes et des stocks qui vont avec est optimisée grâce à la combinaison technologie + réseau social.

Une communauté Internet  pour créer un nouveau soda

Un vendeur de sodas veut lancer un produit avec une nouvelle saveur. Il crée une communauté autour de la marque et lance un concours pour solliciter les idées des futurs consommateurs. 40 000 internautes jouent le jeu, le goût, l'emballage, les couleurs du produit, sont définis dans ce processus de « co-création » qui garantit le succès du lancement du soda.

On parle de « crowdsourcing » (externalisation ouverte), et de gestion de la connaissance (en l'espèce celle des clients) qui consiste à associer des personnes externes au processus de Recherche et Développement dans le cas du producteur de sodas, par exemple.

reseau de ventes

La volonté des sociétés productrices et commerçantes de se rapprocher au plus prêt du consommateur ne date pas d'aujourd'hui. Et ce afin de répondre au mieux à ses attentes. La nouveauté réside dans les outils de communication mis à leur disposition pour toucher les émotions et l'instinct grégaire des individus, et les mettre au service des stratégies marketing.

Crée jeudi 13 décembre 2012


HAUT